Lundi 15 mai : Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain.
Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain. Après avoir longuement hésité, j'ai finalement pris cette décision difficile pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, de la division à la division, pour ne pas donner l'impression de m'accrocher à mon mandat de manière irrationnelle, pour ne rien faire qui puisse nuire à la réussite de la période qui s'ouvre. Lire la suite ...
Vendredi 17 mars : Contre-vérités et omissions, vieilles recettes d'une communication politique à l'ancienne.
Dans sa dernière newsletter, le Sénateur MEZARD se livre à une attaque en règle contre moi. Accusation suprême en fin de texte, il m'accuse de susciter des mesures contraires à l'intérêt de notre territoire. Lire la suite...
  • Aucun événement à afficher
Actualités accueil
Mardi 14 mars : Soutien à Emmanuel MACRON confirmé, candidature aux législatives annoncée.
14/03/2017

La vie politique française est secouée par des soubresauts quasi quotidiens depuis quelques mois. Les affaires et les surprises s'enchainent. A moins de 6 semaines du 1er tour des présidentielles et à 3 mois des législatives, je souhaite vous faire part de mon positionnement et de mes décisions relatives à ces échéances.

1/ Présidentielles : Je confirme mon soutien à Emmanuel MACRON qui incarne les valeurs et l’orientation politique que je défends depuis toujours. C’est un vote justifié par l’antériorité de mon soutien à sa démarche, par la cohérence dans mes convictions, par l’adhésion à son programme et par la raison face aux dangers qui nous guettent.

 

- L’antériorité : J’ai été l’un des tout premiers parlementaires à affirmer publiquement mon adhésion à la démarche de dépassement des clivages prônée par Emmanuel MACRON. Je l’avais indiqué dans l’émission « La Voix est Libre » de France 3 en avril 2016 seulement quelques jours après la fondation du mouvement « En Marche ». J’étais présent à la Mutualité à Paris le 12 juillet 2016 à l’occasion du meeting « fondateur » de la campagne présidentielle d’Emmanuel MACRON. Moins d’une dizaine de députés et sénateurs étaient présents dans la salle ce soir-là. Si j’ai mis cet engagement entre parenthèses par fidélité à Manuel VALLS pendant la primaire de la gauche en me qualifiant alors de «  macrono-vallsiste », j’ai donc été en marche depuis le début et je revendique cette antériorité. 

 

- La cohérence : J’ai expliqué au soir du 2ème tour des primaires de la gauche mon impossibilité de soutenir Benoit HAMON. Je ne peux en effet renier tout ce que j’ai pu dire, faire et voter durant le mandat qui s’achève. Un seul exemple : Je me suis fortement investi à l’Assemblée et localement en faveur de la loi EL KHOMRI. Les participants à la réunion publique que j’avais organisée sur ce thème doivent se souvenir de l’énergie que j’avais dû déployer ce soir-là face à l’adversité. Comment pourrais-je aujourd’hui faire campagne pour un candidat qui demande son abrogation ? Où serait ma cohérence ? Je pourrais multiplier les exemples de cette incompatibilité programmatique avec les propositions de Benoît HAMON. Je revendique donc que la cohérence dans mes convictions me conduise à soutenir Emmanuel MACRON.

 

- Un vote d’adhésion : Mon soutien à Emmanuel MACRON ne relève pas d’une décision par défaut mais est la conséquence d’une adhésion à sa démarche et à son programme. Sa démarche visant à dépasser les clivages obsolètes, à se départir des logiciels de pensée manichéens, à sortir du blocage de notre vie politique animée par des partis à bout de souffle, me séduit. Son programme qui allie la liberté et la protection, qui veut favoriser la compétitivité de notre économie tout en organisant les protections individuelles et collectives indispensables correspond à ce que j’ai toujours défendu. Les priorités données à l’investissement, à l’innovation, sans oublier les solidarités humaines ou territoriales sont les bonnes et la crédibilité du projet est renforcée par le sérieux du cadrage budgétaire de ce programme. Je revendique mon adhésion à ce contrat avec la nation.

 

- Un vote de raison : Pour la première fois, l’hypothèse d’une victoire de l’extrême droite est possible. Je pense pour ma part que Marine LE PEN recueillera un score de 1er tour largement supérieur à ce que lui prédisent les sondages, particulièrement dans le Cantal. Nous ne sommes plus en 2002 où le peuple de gauche avait voté massivement pour Jacques CHIRAC contre Jean-Marie LE PEN. Tous ceux qui ne veulent pas d’un second tour entre l’extrême droite faussement dédiabolisée et la droite radicalisée représentée par un candidat décrédibilisé par ses comportements, et ses attaques inacceptables contre nos institutions,  tous ceux qui veulent éviter en conséquence le risque majeur et catastrophique d’une victoire de Marine LE PEN doivent se poser la question de leur responsabilité historique. Seul le vote MACRON au 1er tour sera utile face à ce danger absolu.         

 


En toute logique et fort de ces arguments, j’ai parrainé Emmanuel MACRON en tant que député. Mon parrainage a été publié par le Conseil Constitutionnel mardi 07 mars. Le fait de parrainer un autre candidat que celui investi par le PS m’expose à des sanctions éventuelles de ce dernier. Je comprends cette réaction, je prends donc les devants et pour ne pas gêner la fédération du Cantal du PS, je me mets en retrait du Parti Socialiste. Je le fais en conscience, avec tristesse parce que je pense que le PS s’engage dans une dérive radicale, irréaliste et dangereuse qui mène à une impasse inéluctable qui aboutira à une recomposition indispensable, mais aussi avec confiance car je sais que la majorité de l’électorat de gauche fera, au final, dans le secret de l’isoloir, le choix de la responsabilité, face à la menace de l’extrême droite.   

 

2/ Législatives : Après avoir longuement hésité face aux multiples rebondissements politiques que nous avons connus ces derniers mois, j’ai décidé d’être candidat au renouvellement de mon mandat de député en juin prochain. 
En toute logique avec mon soutien à Emmanuel MACRON, à sa démarche capable de débloquer notre vie politique totalement sclérosée, à son programme capable d’entrainer notre pays vers une voie de développement, de liberté, de protection et d’apaisement, je serai candidat pour être le député qui représentera le Cantal dans la future majorité présidentielle que constituera Emmanuel MACRON, s’il est élu Président de la République.

 

A cet effet, j’ai sollicité l’investiture du mouvement « En Marche ». Je l’ai fait en suivant la procédure demandée et la Commission Nationale d’Investiture devra trancher parmi les dossiers reçus.

 

Nous sommes en train de vivre une recomposition politique sans précédent. Pour la première fois de façon crédible avec des chances de succès indéniables, une majorité parlementaire de type nouveau peut se mettre d’accord au-delà des clivages anciens et rassembler les progressistes autour du projet présidentiel d’Emmanuel MACRON. J’ai très envie de participer à cette révolution pacifique en marche.     

 

D’autre part, je compte démontrer dans les semaines qui viennent en quoi le programme d’Emmanuel MACRON serait profitable au Cantal, en particulier dans le domaine de l’agriculture, du pouvoir d’achat, de l’investissement, des infrastructures, du désenclavement.

 

Plus encore que la dernière fois, ces législatives vont être déterminées par les présidentielles. Les acteurs ne sont pas encore tous identifiés. Vincent DESCOEUR, après avoir pris très tardivement ses distances avec François FILLON, n’a pas eu le courage politique de s’en détacher et va le soutenir pour la présidentielle. Il sera le candidat chargé de défendre son programme d’austérité et recul social. Le Front National, dont j’ai déjà dit que le score dans le Cantal serait malheureusement très impressionnant n’a pas encore désigné son candidat dans cette circonscription. Mais il peut, cette fois, troubler gravement le jeu en misant sur une triangulaire au 2ème tour. Je veux être le candidat d’une autre vision de la France et de notre département. Ces deux projets de droite et d’extrême droite nous entraineraient dans l’austérité assumée, le recul des services publics et la mise en cause de notre modèle social ou dans le rabougrissement identitaire, le chaos et la catastrophe économique. Un autre chemin est possible et je souhaite l’incarner.  

 

Mais ceci est la deuxième étape. Je veux me consacrer dans l’immédiat à la première, c’est-à-dire la victoire d’Emmanuel MACRON le 07 mai prochain. Je compte participer activement à la campagne en faveur d’Emmanuel MACRON dans le Cantal, expliquer et défendre son programme auprès de milliers de cantaliens qui se sentent intéressés par sa démarche et son programme mais sont encore hésitants et demandent à être convaincus. Ce travail de conviction reste à mener. Je vais y prendre toute ma part.