Lundi 15 mai : Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain.
Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain. Après avoir longuement hésité, j'ai finalement pris cette décision difficile pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, de la division à la division, pour ne pas donner l'impression de m'accrocher à mon mandat de manière irrationnelle, pour ne rien faire qui puisse nuire à la réussite de la période qui s'ouvre. Lire la suite ...
Vendredi 17 mars : Contre-vérités et omissions, vieilles recettes d'une communication politique à l'ancienne.
Dans sa dernière newsletter, le Sénateur MEZARD se livre à une attaque en règle contre moi. Accusation suprême en fin de texte, il m'accuse de susciter des mesures contraires à l'intérêt de notre territoire. Lire la suite...
  • Aucun événement à afficher
Actualités accueil
Mardi 28 juin : Le Cantal abandonné ?
28/06/2016

 

Le discours local ambiant, que beaucoup se complaisent à délivrer jour après jour, consiste à asséner que ce gouvernement oublie et abandonne le Cantal, que ce soit par la baisse des dotations aux collectivités locales ou le manque de soutien à notre économie.

 

LES COLLECTIVITES LOCALES :

 

Tout d’abord, la baisse de la DGF (Dotation Globale de Fonctionnement) participe de l’effort général de diminution de la dépense publique de 50 Mds d’euros, engagé par le gouvernement. A cet égard, je constate que le programme alternatif de la droite propose une diminution de 100 à 150 Mds d’euros selon les candidats à la primaire … Imaginez les conséquences pour nos communes !

 
Ensuite, l’effort de l’Etat en direction des collectivités locales ne peut se réduire à la DGF. Si pour le Cantal, la baisse de la DGF a atteint 5,6 M€, soit 5,32%, il convient de ne pas oublier que la DETR (Dotation d’Equipement des Territoires Ruraux) a, elle, augmenté de 2,1M€ pour atteindre 7,5M€ en 2016. De plus, la création d’un Fonds de Soutien à l’Investissement Local (FSIL) a bénéficié au Cantal à hauteur de 4,3M€.
Bien sûr, la DETR et le FSIL sont des dotations d’investissement contrairement à la DGF mais n’est-il pas opportun en période de crise économique de soutenir d’abord l’investissement au profit des entreprises locales plutôt que le fonctionnement ?
Résultat des courses : 5,6M€ en moins pour la DGF, 2,1M€ pour la DETR et 4,3M€ nouveaux pour le FSIL = 800 000€ de plus pour les communes du Cantal.

Dans ces conditions, vous constaterez avec moi qu’on est loin du discours dominant catastrophiste sur l’abandon des collectivités par l’Etat. J’ajoute que les récentes annonces du Président de la République lors du congrès des Maires vont encore permettre un soutien accru aux collectivités en 2017 par rapport à 2016 : l’augmentation de la DETR est confirmée, le FSIL sera augmenté de 20% et la DGF baissera moitié moins que prévu !

Il ne s’agit pas ici de nier les difficultés des communes devant la baisse de la DGF. Elles sont réelles et obligent à des efforts de gestion drastiques. Il s’agit simplement de rétablir la vérité des chiffres, et d'affirmer, contrairement à ce qui est colporté, que le bloc communal (communes et intercommunalités) a bénéficié de plus de dotations de l'Etat en 2016 qu'en 2015.

  

L’ECONOMIE et l’EMPLOI :     

 

Le pacte de responsabilité mis en œuvre depuis 2 ans vise à redonner de la compétitivité à l’économie française, notamment aux PME-TPE qui structurent le tissu économique cantalien. Les différentes mesures prises commencent à porter leur fruit, le coût du travail étant redevenu compétitif en France par rapport à nos plus proches partenaires mais néanmoins concurrents européens. Pour notre département, le CICE représente 32M€ directement versés aux entreprises cantaliennes, ce qui est considérable. Dans un premier temps, ces sommes ont eu un effet « défensif » permettant à nombre d’entreprises de passer le cap de la crise, et d'éviter le dépôt de bilan. Gageons qu’elles auront une fonction « offensive » en terme d’investissement et surtout d’emploi si la reprise annoncée se confirme. (Le chômage a baissé en mai pour le troisième mois consécutif dans notre département).
Par ailleurs, le dispositif embauche-PME lancé en janvier 2016 a dépassé tous les objectifs espérés pour le Cantal : 700 recrutements dans les PME/TPE du département ont été enregistrés en cinq mois. 700 emplois ! Personne ne parle de ce chiffre pourtant impressionnant.

 

Certes, notre pays est confronté à des défis majeurs et simultanés (terrorisme, crise économique, crise sociale, Brexit, crise migratoire…). Il n'est pas facile de gouverner dans ce contexte.
Certes, les résultats sont longs à venir même si les « clignotants sont au vert ».
Certes, ce gouvernement pêche par sa méthode souvent hasardeuse, sa pédagogie de l'action inexistante, sa communication quelquefois défaillante.
Mais, parlementaire appartenant, comme d’autres, à la majorité gouvernementale, je considère, en ce qui me concerne, qu’il est de ma responsabilité de souligner, de temps en temps, ce qui va mieux (même si ce n’est pas dans le sens du vent) plutôt que de me morfondre dans un discours de complainte ininterrompue, entretenue et mortifère.