Lundi 15 mai : Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain.
Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain. Après avoir longuement hésité, j'ai finalement pris cette décision difficile pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, de la division à la division, pour ne pas donner l'impression de m'accrocher à mon mandat de manière irrationnelle, pour ne rien faire qui puisse nuire à la réussite de la période qui s'ouvre. Lire la suite ...
Vendredi 17 mars : Contre-vérités et omissions, vieilles recettes d'une communication politique à l'ancienne.
Dans sa dernière newsletter, le Sénateur MEZARD se livre à une attaque en règle contre moi. Accusation suprême en fin de texte, il m'accuse de susciter des mesures contraires à l'intérêt de notre territoire. Lire la suite...
  • Aucun événement à afficher
Actualités accueil
Mercredi 6 avril - 125 millions d'euros pour le Cantal en 5 ans : Historique ? Non, décevant !
06/04/2016

La presse de la semaine dernière a relaté, une à l'appui pour "La Montagne", le caractère "historique" de l'aide apportée par le nouveau Conseil Régional. 125M€ sur 5 ans, 32 fois plus que la somme allouée par l'Auvergne au Cantal lors du précédent mandat, précise "L'Union du Cantal".

Sans entrer dans le contenu de ce pacte Cantal, j'ai souhaité réagir, avec le groupe socialiste du Conseil Départemental, à cette opération de communication politique, réussie certes, mais qui cache une autre réalité et soulève beaucoup de questions. Vous trouverez ci-dessous, la trame du point-presse tenu devant la presse locale avant-hier lundi . 

 


  

125M€ pour le Cantal : Historique ? Non, décevant !

 

Laurent Wauquiez a récemment annoncé «un plan de relance pour le Cantal de 125M€ » pour le mandat régional qui commence, soit jusqu’en 2021.

 

Excellent coup de com repris à la une du quotidien régional.

 

Le conseil départemental s’en est réjoui en comparant ces 125M€ au 4M€ versés par la région Auvergne dans le cadre du volet territorial du Contrat de Plan Etat-Région.

 

Vu comme ça, en effet ! Passez de 4 à 125M€ « c’est de l’artillerie lourde » pour Laurent WAUQUIEZ, « le plus grand pacte de relance consacré au Cantal depuis Pompidou » pour Vincent DESCOEUR. Nous avons même entendu le terme d’historique pour qualifier ces 125M€. Rendez-vous compte, la nouvelle Région alloue une enveloppe 32 fois plus élevée que celle allouée par l’Auvergne au département, nous dit-on.

 

Je voudrais dénoncer le caractère mensonger d’une telle comparaison qui, venant de responsables politiques de haut rang et aussi avertis que Laurent WAUQUIEZ ou Vincent DESCOEUR ne peut relever que de la malhonnêteté intellectuelle.

 

D’un côté les 4M€ d’un dossier particulier, celui du volet territorial du CPER consacré à des projets précis d’investissement portés par le Conseil Général et la CABA, de l’autre l’ensemble de la politique régionale qui embrasse l’ensemble des compétences du Conseil Régional. C’est vraiment désolant de vouloir manipuler l’opinion publique de la sorte en voulant faire penser qu’entre René SOUCHON et Laurent WAUQUIEZ, on passe du noir au blanc, de l’ombre à la lumière, on multiplie par 32 l’aide de la Région au Cantal ! La réalité est bien plus équilibrée.

 

Après cette comparaison grotesque (4M€ d’un côté, 125M€ de l’autre), arrêtons-nous sur le message de ce brillant exercice de communication qui se résume à un chiffre : 125M€. Ce message cache une autre réalité et soulève beaucoup de questions.

 

Avant de parler du fond, arrêtons-nous sur la forme. Les deux présidents font de cette annonce le symbole de leur grande proximité politique. Ainsi la proximité politique permet-elle de s’affranchir du respect des élus des deux assemblées qui ne sont pas au courant. La presse est informée avant les élus ! Qui au Conseil Régional et au Conseil Départemental est au courant hormis les présidents et leurs cabinets ? Le Conseil Régional n’a pas voté son budget (ce sera fait le 14 avril) et les conseillers régionaux n’ont pas été consultés sur ces 125M€. Tout le monde tombe des nues.  Quant au Conseil Départemental, aucune délibération, en commission des finances, en commission permanente ou en séance publique n’a évoqué ces 125M€.

 

Mais bon, c’est la méthode Wauquiez, il faut s’y habituer. On annonce, il en restera bien quelque chose dans l’opinion.

 

Parlons maintenant du fond. Nous avons reconstitué une partie des aides directes apportées au Cantal par le Conseil Régional présidé par René SOUCHON sous le mandat précédent (2010-2015) : 

- aides aux territoires (communes et intercommunalités) à travers les contrats Auvergne :   19M€        

- plan rail TER : 31M€                                                                                                                                             

- lycées : 30M€                                                                                                                                                        

- apprentissage et formation professionnelle : 30M€                                                                              
                                                                                                                                                                                             

  Soit un total de 110M€.        
                                                                                                                               

A cela, il faudrait ajouter quelques petites sommes sur la ligne aérienne, le festival de théâtre de rue, la gratuité des livres scolaires, la carte Jeunes et des lignes importantes sur l’agriculture ou les aides économiques par exemple.  On arrive donc sur le mandat 2010-2015 à une somme peu ou prou équivalente au pacte Cantal annoncé !

 

J’ajoute que ces chiffres représentent des sommes effectivement dépensées alors que les 125M€ annoncés sont soumis aux aléas techniques et administratifs. Que penser par exemple de la capacité de faire en cinq ans le programme routier annoncé par ailleurs nécessaire et dont nous nous félicitons (contournements de St-Flour, Murat, Ussel, Mauriac…) alors que pour certains chantiers aucune étude préalable n’est encore lancée ?

 

La comparaison n’est donc pas favorable à M. WAUQUIEZ malgré ses talents indéniables de communication.

 

125M€ sur un budget annuel régional de 3 milliards pour la nouvelle Région Auvergne-Rhône Alpes, c’est assez décevant par rapport aux 125M€ sur un budget annuel de 0.6 milliards pour l’ancienne Région Auvergne.

 

Le budget Auvergne Rhône Alpes est 5 fois plus important que l’ancien budget de l’Auvergne. Si la proportion avait été seulement préservée, sans parler d’un effort supplémentaire, on aurait pu et dû s’attendre à beaucoup plus ! 125M€ pour le Cantal en 5 ans : historique ? Non, décevant !

 

Faute d’informations qu’on ne peut avoir avec cette forme de communication politique qui consiste à annoncer un chiffre sans que les élus ne soient saisis, des questions restent posées que l’on soulèvera si nous avons la chance de pouvoir en débattre :

 

- les aides au développement des territoires sont-elles conservées ?

 

- les contractualisations signées avec les intercommunalités et les pays sont-elles dénoncées (Auvergne ) ?

 

- selon quelles priorités, décidées par qui, le programme routier est-il décidé ?

 

- que veulent dire les 10M€ sur la 122 alors que le financement de ce dossier est déjà bouclé ? Nouveaux travaux ? Lesquels ?

 

Voilà les quelques réflexions que nous souhaitions faire.

 

Nous aurions aimé les faire dans l’enceinte prévue à cet effet, c’est-à-dire la séance publique du Conseil Départemental mais le traitement dithyrambique de cette annonce par la presse nous oblige à essayer de la relativiser par la même voie en espérant que notre réaction aura une couverture significative.

 

Pour conclure, je dirai que la seule satisfaction tirée de cet épisode est de voir que les contempteurs de la loi NOTRe qui n’avaient pas de mots assez durs contre les nouvelles régions considèrent aujourd’hui, comme nous l’avons toujours pensé, que la nouvelle région Auvergne-Rhône-Alpes peut plus et mieux répondre aux besoins du Cantal que l’ancienne.

 

Encore faut-il que ce soit le cas !