Lundi 15 mai : Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain.
Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain. Après avoir longuement hésité, j'ai finalement pris cette décision difficile pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, de la division à la division, pour ne pas donner l'impression de m'accrocher à mon mandat de manière irrationnelle, pour ne rien faire qui puisse nuire à la réussite de la période qui s'ouvre. Lire la suite ...
Vendredi 17 mars : Contre-vérités et omissions, vieilles recettes d'une communication politique à l'ancienne.
Dans sa dernière newsletter, le Sénateur MEZARD se livre à une attaque en règle contre moi. Accusation suprême en fin de texte, il m'accuse de susciter des mesures contraires à l'intérêt de notre territoire. Lire la suite...
  • Aucun événement à afficher
Actualités accueil
Lundi 7 décembre : Régionales, rassemblement et mobilisation.
07/12/2015

Le premier et grand enseignement du 1er tour des élections régionales est la percée du Front National au détriment des partis de gouvernement. Si comme je le pense, ce parti est un danger pour la démocratie et la république (cf. mon billet du mercredi 28 octobre), il faut réagir et se mettre en capacité de l’empêcher de gouverner des régions. A cet égard, l’attitude du Parti Socialiste, qui demande à ses listes de se retirer partout où la victoire est hors de portée, me parait courageuse et responsable. Il est vraiment très dommageable que cette attitude ne soit pas réciproque de la part de « Les Républicains ».

Après les élections, il faudra bien que les partis républicains réfléchissent à de nouvelles pratiques car ce vote FN traduit la défiance des électeurs envers les partis de gouvernement qui, depuis 30 ans, n’ont pas trouvé les solutions face à la montée du chômage, à l’accroissement de la dette, au sentiment d’abandon de certaines catégories de population ou de territoire. Une chose est sûre : le Front National est aux portes du pouvoir. La victoire de Marine Le Pen aux présidentielles de 2017 n’est plus une vue de l’esprit pour se faire peur, c’est une hypothèse qui entre dans le champ du possible. Les conséquences en terme de démocratie, de libertés publiques, d’affrontements, de haine et d’exclusion seraient terribles et surtout imprévisibles. L’histoire a montré que les dérives totalitaires d’un parti arrivé au pouvoir par les urnes peuvent s’avérer dramatiques.

Il y a donc urgence à reconsidérer l’offre politique en fonction de ce que souhaitent nos concitoyens en dépassant les blocages artificiels, aujourd’hui dépassés.

En ce qui concerne le deuxième tour de dimanche prochain en région Auvergne-Rhône-Alpes, le résultat promet d’être serré.

Nous avons le choix entre l’humanisme social représenté par Jean-Jack QUEYRANNE, l’extrême droite du FN et la droite « dure » incarnée par Laurent Wauquiez. A l’inverse de personnalités comme Alain Juppé qui est clair face à la dérive frontiste, le maire du Puy en Velay court depuis toujours derrière les idées du Front National. Son indécence dans l’hémicycle après les attentats du 13 novembre le disqualifie. Quant à son supposé attachement particulier à l’Auvergne et au Cantal, chacun sait que ces élections ne sont pour lui qu’un tremplin pour ses ambitions nationales. La campagne a prouvé qu’il était prêt à tous les mensonges, toutes les démagogies, tous les populismes pour y arriver.

Il faut donc un deuxième tour placé sous le double signe du rassemblement et de la mobilisation. D’abord de tout l’électorat de gauche. Finis les états d’âme, les tergiversations lorsqu’on a en face l’extrême droite et la droite dure. Ensuite des abstentionnistes qui, ayant le cœur à gauche ou au centre, ressentent de la déception vis-à-vis du gouvernement. L’enjeu de dimanche passe au-dessus de certaines désillusions.  

Ce n’est qu’à ces deux conditions, rassemblement et mobilisation, que la victoire sera au rendez-vous dimanche prochain. Elle permettra de construire cette nouvelle grande région Auvergne-Rhône-Alpes, une région puissante économiquement certes, mais aussi une région humaniste et apaisée.