Lundi 15 mai : Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain.
Je ne serai pas candidat aux élections législatives de juin prochain. Après avoir longuement hésité, j'ai finalement pris cette décision difficile pour ne pas rajouter de la confusion à la confusion, de la division à la division, pour ne pas donner l'impression de m'accrocher à mon mandat de manière irrationnelle, pour ne rien faire qui puisse nuire à la réussite de la période qui s'ouvre. Lire la suite ...
Vendredi 17 mars : Contre-vérités et omissions, vieilles recettes d'une communication politique à l'ancienne.
Dans sa dernière newsletter, le Sénateur MEZARD se livre à une attaque en règle contre moi. Accusation suprême en fin de texte, il m'accuse de susciter des mesures contraires à l'intérêt de notre territoire. Lire la suite...
  • Aucun événement à afficher
Actualités accueil
Vendredi 26 juin - Schéma départemental des services publics : deux conditions préalables indispensables
26/06/2015

Hier jeudi, la séance du Conseil Départemental était consacrée au rapport d’activité des services de l’Etat dans le Cantal, présenté par Monsieur le Préfet. A cette occasion, un large débat s’est engagé sur le schéma départemental des services publics qui doit être élaboré conjointement par les services de l’Etat sous l’autorité du Préfet, et le Conseil Départemental sous celle de son Président.

 

Je suis intervenu pour indiquer les deux conditions qui, de mon point de vue, doivent être réunies et sans lesquelles cette démarche pourtant très intéressante serait vouée à l’échec.

 

La première condition se situe du côté de l’Etat. On ne peut réfléchir à une autre organisation de la présence des services de l’Etat dans le département que si nous avons les garanties que cet exercice ne serve pas à justifier des retraits ou fermetures de postes. C’est cette garantie de gel des postes malgré la baisse du nombre d’élèves qui a permis de déboucher sur la convention que j’ai contribué à négocier avec le Ministre Vincent PEILLON : gel des postes avec une contrepartie, une évolution de la carte scolaire tenant compte des priorités de la loi de la refondation de l’école. Car en effet, indépendamment des aspects démographiques, le Cantal a atteint un niveau de présence de l’Etat en-dessous duquel on ne peut s’engager sous peine de condamner toute chance de rebond.
Première condition : le gel des moyens humains de l’Etat consacrés au Cantal.

 

La deuxième condition préalable dépend des acteurs locaux, de la population mais aussi et peut-être surtout de la responsabilité des élus. A partir du moment où les effectifs de l’Etat sont stabilisés, il faut également qu’au nom de l’intérêt général du département, l’engagement soit pris d’accepter, une fermeture ici pour une ouverture là, une baisse d’effectifs ici pour un renforcement là. Peut-être faut-il un redéploiement interne au département de la présence des gendarmes qui se traduirait par une fermeture de brigade pour en renforcer d’autres, peut-être faut-il supprimer des postes d’enseignants à Aurillac qui perd des élèves pour renforcer Ytrac ou Arpajon qui en gagnent ou pour maintenir telle école rurale qui, bien qu’en sous-effectif, est nécessaire ne serait-ce que pour une question de temps acceptable de transport scolaire ? Si chacun se recroqueville sur son service, son poste, sa commune, aucune évolution en faveur de l’efficacité du service public ne sera possible.
C’est donc un changement d’état d’esprit qui est nécessaire.
Deuxième condition : la responsabilité des citoyens et des élus pour privilégier l’intérêt général au détriment des intérêts particuliers.

 

Ce n’est qu’à ces deux conditions préalables indispensables et d’égale importance qu’un schéma départemental bâti dans la concertation sur la base des territoires vécus par les cantaliens, c’est-à-dire à l’échelle d’une ou plusieurs intercommunalités pourra être élaboré. La qualité des services et leur efficacité s’en trouveront alors renforcées.

 

C’est en tout cas le point de vue que je défendrai en amont de toute réflexion sur ce schéma indispensable à notre attractivité.